Environnement et biodiversité

Quelle est la durée de vie des éoliennes ?

L’appel d’offres d’Hydro-Québec demande que le contrat soit d’une durée de 25 à 30 ans, selon la certification obtenue par le manufacturier de l’éolienne retenu. Après cette durée, il est possible que le parc soit démantelé ou que le contrat soit renouvelé pour rallonger la durée de vie du parc éolien.

Y aura-t-il des impacts sur l’environnement ?

Très peu d’impacts environnementaux sont envisagés lors de la construction du parc. Ce projet aura surtout un impact positif sur l’environnement. L’énergie éolienne est une énergie verte et renouvelable. Une fois construit, le projet permettrait d’aider à décarboner notre économie.

Que faites-vous avec les composantes éoliennes à la fin de vie du projet ?

Nous essayons de réutiliser le plus possible les composantes. La grande majorité des composantes sont recyclées. Pour ce qui est des pales, de plus en plus de recherches mènent à des solutions concluantes (ex : recyclage dans le béton).

Faudra-t-il construire de nouvelles routes pour accéder aux éoliennes ?

Le projet utilisera plusieurs chemins agricoles existants. Dans certains cas, il faudra aménager de petites portions de nouveaux chemins pour se rendre jusqu’à l’emplacement des éoliennes. Des efforts importants sont réalisés pour limiter l’utilisation des terres agricoles.

Est-ce que les boisés ou les milieux humides seront affectés ?

Il n’est pas prévu que le projet soit implanté en zone boisée ni en zone humide. Une caractérisation des milieux humides et hydriques sera réalisée au cours du processus d’évaluation environnementale, selon les exigences du ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) et le guide d’identification et délimitation des milieux humides du Québec méridional. Cette caractérisation permettra d’identifier ou non la présence de milieux humides et d’appliquer, dans la mesure du possible, la séquence : éviter, minimiser, compenser.

Est-ce que les oiseaux ou les chauves-souris seront affectés ?

Des études sur le milieu biologique ont été exécutées et d’autres sont en cours. Ces études sont réalisées sur l’ensemble de l’aire du projet, située sur le territoire des municipalités de Sainte-Angèle-de-Monnoir et de Sainte-Brigide-d’Iberville, afin de recueillir les informations nécessaires pendant les périodes ciblées par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) pour la migration et la nidification des espèces. Elles ont été réalisées conformément aux protocoles établis pour l’implantation de projets éoliens au Québec. 


Tout comme les autres projets éoliens en opération au Québec, il est prévu que des suivis sur les populations d’oiseaux et de chauves-souris soient réalisés lors de l’opération du parc. Jusqu’à présent, sur la base de l’expérience vécue dans les parcs éoliens au Québec, aucun impact significatif n’a été observé.